Un âge fabuleux. 

Un âge entièrement consacré au jeu,
à l'imagination...
C'est le temps de l'indépendance
où on ose s'éloigner un peu plus
de papa et maman
pour jouer les explorateurs,
à l'assaut de ce monde
qui recèle des trésors mirobolants.
Chaque promenade au parc est l'occasion
de rentrer les poches pleines
de la récolte du jour (souvent fructueuse).
Et l'automne est un complice de choix,
tant la nature est changeante.

Courir,
sauter,
virevolter,
escalader des montagnes,
franchir des rivières,
embrasser les arbres,
se cacher dans des cabanes
sont absolument nécessaire
pour s'assurer une bonne collecte.

 

AUTOMNE 4

IMG_3775

 

Le temps n'a encore aucune prise sur nous.
"Demain" équivaut à "la semaine dernière"
et "hier" est dans "cinq minutes".
On vous donne du "ç'midi" ou du "à toute à l'heure"
à tout bout de champ.
On peut s'arrêter pendant des heures
pour suivre le chemin d'une coccinelle
et soulever chaque feuille
pour voir si sa maison se trouve dessous.

C'est le temps où parler devient un jeu.
Où on se délecte des mots rigolos.
Dire "ouistiti", "tintinnabuler" ou "casse-tête"
provoque de jolis fou-rires.

Où on apprend les gros mots
plus vite que son ombre.
Où on ne se lasse jamais de répéter
"pourquoi...pourquoi...pourquoi..."
sans trop se soucier de la réponse.

On s'approprie les expressions
de papa et maman :
quelle joie de dire à ses doudous
"à table mes amours"
ou "ça y est, c'est fini, sèche tes larmes".
Et on commence maladroitement,
en butant sur les mots,
à s'inventer des histoires peuplées d'elfes,
de playmobils pompiers,
de chiens qui parlent
et autres créatures fantastiques.

J'ai 3 ans en même temps que La Rose
et j'adore ça.